menu

50 ans d'histoire

Cette année le Musée fête ses 50 ans!

Pour souligner l’événement, l’équipe du service Collections a plongé au cœur des archives et a choisi de mettre en lumière douze expositions qui ont marqué l’institution au fils des années.

Depuis l’ouverture du Musée en 1971, plus de 80 d’expositions ont été présentées dans les espaces publics et salles d’exposition temporaire et permanente. Le choix n’a donc pas été facile. La sélection s’est fait par les rédacteurs tantôt en fonction de leurs propres intérêts pour la thématique ou tantôt en fonction du fait qu’il ou elle a travaillé à la conception ou au montage de l’exposition en question.

Chaque mois, vous trouverez dans cette section un texte composé par l’un de nos experts qui vous permettra de revisiter nos anciennes expositions ! Parce que 50 ans d’histoire, ça se raconte. Bonne découverte!

50 ans d'histoire au Musée

J. Armand Bombardier, un inventeur


Du 11 septembre 1971 au 15 juillet 1988

En 1968, la compagnie Bombardier Inc. cesse d’utiliser le petit bâtiment près de leur première usine située sur la rue Saint-Joseph à Valcourt. L’édifice en question est le Garage Bombardier.

Musée J. Armand Bombardier de Valcourt, vers 1971.

Robert Bourassa, premier ministre du Québec, à bord d’une autoneige B12 lors de l’inauguration du Musée J. Armand Bombardier, 11 septembre 1971.

La même année, la Fondation J. Armand Bombardier fait l’acquisition du bâtiment et le déménage sur un terrain vaste en plein cœur de Valcourt avec un objectif en tête : construire un Musée qui rendra hommage à l’un des plus grands entrepreneurs canadiens-français.

Le Musée prend forme notamment grâce à la grande implication de la famille de l’inventeur. En effet, ses frères, Alphonse-Raymond, Léopold (défunt au moment de l’ouverture) et Gérard, sont mandatés dès 1968 pour soumettre un projet relié à la création du Musée. Alphonse-Raymond s’implique auprès du développement de l’exposition, du scénario de la visite, du recueil de témoignages et bien plus. Il va jusqu’à redessiner de vieux croquis perdu de Joseph-Armand pour l’exposition. Il sera d’ailleurs le premier directeur du Musée jusqu’en 1983. Quant à Léopold et Gérard, ils s’investissent davantage dans le choix et la restauration des véhicules qui composeront l’exposition.

Une nouvelle construction vient s’ajouter au petit garage blanc et rouge et le Musée J. Armand Bombardier est finalement inauguré le 11 septembre 1971 sous la présidence d’honneur du premier ministre du Québec, M. Robert Bourassa. Plusieurs autres députés provinciaux et fédéraux viennent rendre honneur à Joseph-Armand Bombardier lors de cette journée.

Tant attendue, l’exposition permanente du Musée présente l’histoire de Joseph-Armand Bombardier de façon à ce que les visiteurs suivent un parcours chronologique où l’on peut voir les véhicules de l’inventeur, de son premier prototype en 1922, en passant par les autoneiges et le tracteur Muskeg, avant de terminer avec la fameuse motoneige Ski-Doo® commercialisé en 1959.

Le décor de l’exposition s’inspire de paysages hivernaux. Chaque véhicule est accompagné d’une ou de quelques montagnes enneigées en forme de pics blancs, dans lesquelles s’ajoutent des images, des miroirs et les dates de commercialisation de ces véhicules.

Mais la partie vraiment unique du Musée demeure le petit bâtiment sans prétention où tout a commencé … le garage original de Joseph- Armand Bombardier où il a modifié à jamais le transport sur la neige pour vaincre l’hiver.

L’Exposition internationale sur la motoneige


Du 24 mars 1990 au 23 février 2015

C’est dans la volonté de mettre au goût du jour l’exposition sur la vie et l’œuvre de Joseph-Armand Bombardier que le musée éponyme de l’inventeur se réinvente. Les rénovations du Musée J. Armand Bombardier débutent en 1988. La superficie du bâtiment est doublée afin d’accueillir entre autres une deuxième salle d’exposition permanente, qui sera comblée par l’Exposition internationale sur la motoneige, dédiée à retracer l’histoire de cette petite machine hivernale.

Motoneige Ski-Doo® K60 1960 et motoneige Sno-Traveler de Polaris 1962, exposition permanente Exposition Internationale sur la motoneige, 1990.

Motoneige Ski-Doo® K60 1960 et motoneige Sno-Traveler de Polaris 1962, exposition permanente Exposition internationale sur la motoneige, 1990.

Motoneige Ski-Doo® Twin Track 1985, exposition permanente Exposition Internationale sur la motoneige, 1990.

Motoneige Ski-Doo® Twin Track 1985, exposition permanente Exposition internationale sur la motoneige, 1990.

L’inauguration du 23 mars 1990 a des airs de déjà-vu, puisque c’est le premier ministre Robert Bourassa qui prend part pour une deuxième fois à la cérémonie d’ouverture, tout comme ce fut le cas pour l’ouverture du Musée en 1971. Cette fois-ci, les négociations de l’Accord du lac Meech se déroulent en trame de fond. Le premier ministre se voit obligé de faire un point de presse pour répondre aux questions des journalistes de Toronto et de Montréal venus à Valcourt pour obtenir une déclaration sur l’Accord. L’équipe du Musée, qui n’a jamais pensé décrocher une telle couverture de presse pour son évènement, obtient une mention dans de multiples articles à propos de l’Accord du lac Meech résultant de ce point de presse.

L’Exposition internationale sur la motoneige est une exposition thématique conçue en six zones, chacune représentant une facette de l’industrie de ce sport d’hiver. Le thème « La belle petite machine » raconte l’avènement de la motoneige ; « la machine à sous » démontre les dessous de l’industrie ; « la machine à coudre » expose la mode vestimentaire ; « la machine à jouer dehors » explore le volet plein air ; « la machine utile » évoque les aspects utilitaires et « la machine à champion » impressionne avec des exploits, des courses et des records. Les couleurs saturées, les surfaces métallisées et les formes géométriques créent un décor ludique pour présenter le monde de la motoneige.

Bien que le design d’une exposition ait besoin d’être renouvelé, l’histoire de Joseph-Armand Bombardier est pour sa part indémodable. Comme Robert Bourassa l’a si bien formulé pendant la cérémonie d’ouverture du Musée : « Joseph-Armand Bombardier est un des pionniers qui a préparé la voie vers l’essor économique du Québec et, à ce titre, sa mémoire et son exemple d’entrepreneurship méritent d’être perpétués. »

Les animaux des pays de l’hiver


Du 21 septembre au 15 novembre 1992

Au début des années 1990, le Musée J. Armand Bombardier connaît une augmentation croissante du nombre de ses visiteurs. Cet engouement s’explique en partie par le renouvellement du Musée en 1990, incluant l’ajout de l’exposition permanente Exposition internationale sur la motoneige, mais aussi par la diffusion de la minisérie Bombardier en février 1992. C’est dans ce contexte que l’exposition temporaire Les animaux des pays de l’hiver voit le jour.

Présentation animée par Laurent Cloutier du ministère du Loisir, de la Chasse et de la Pêche, Quinzaines des sciences, 1992.

Présentation animée par Laurent Cloutier du ministère du Loisir, de la Chasse et de la Pêche, Quinzaines des sciences, 1992.

Réalisée en collaboration avec le Musée faunique Jean-Louis L’Écuyer, le ministère du Loisir, de la Chasse et de la Pêche et le Centre universitaire canadien de recherches internationales, l’exposition met en vedette des animaux d’hiver naturalisés. Ces bêtes sont présentées dans différents décors de papier mâché fabriqués par l’équipe. Une banquise, une forêt et un igloo, accueillent différents animaux tels l’oie blanche, le lagopède des saules, le renard arctique, le canard Eider et l’ours polaire.

Le volet éducatif de l’exposition est renforcé avec la tenue d’une conférence le 25 octobre, dans le cadre de la Quinzaine des sciences. Cette présentation est animée par Laurent Cloutier du ministère du Loisir, de la Chasse et de la Pêche. Le phénomène d’adaptation des animaux à l’hiver y est expliqué avec une impressionnante collection de peaux d’animaux nordiques. L’activité, qui a lieu dans le garage original de Joseph-Armand Bombardier, fait salle comble et attire un public de tous les âges!

L’augmentation de l’achalandage continue tout au long de l’année 1992 et permet ainsi au Musée d’accueillir son 300 000e visiteur le 2 octobre. Accueillie favorablement par les visiteurs, Les animaux au pays de l’hiver sert de tremplin à la réalisation d’exposition temporaire. Un nouveau chapitre se dessine alors pour l’équipe du Musée!

Visite en Russie


Du 12 octobre au 12 décembre 1993

Dans l’histoire du Musée J. Armand Bombardier, 1993 laisse sa marque en ce qui concerne le nombre d’expositions temporaires présentées. Pas moins de 7 expositions se succèderont dans l’espace dédié à cet effet durant l’année. C’est un record inégalé pour l’institution muséale!

L’une d’entre elles est Visite en Russie, une exposition présentée par le Musée J. Armand Bombardier du 12 octobre au 12 décembre 1993 et conçue par le Musée de Charlevoix en collaboration avec le Musée d’Arts décoratifs et populaires de Moscou.

Vue d’ensemble de la salle d’exposition « Visite en Russie », 1993.

Vue d’ensemble de la salle d’exposition « Visite en Russie », 1993.

L’exposition proposait une visite au cœur de la Russie grâce à ses 80 objets présentés en lien avec le folklore, les traditions, les légendes et le quotidien des habitants de ce vaste pays. Spécialement pour la durée de Visite en Russie, la boutique du Musée offrait une variété d’objets russes, dont des jouets en bois et des poupées matriochka, mieux connues sous le nom de poupées russes.

Durant la tenue de l’exposition, l’équipe du Musée a organisé un événement marquant. Elle a réussi à rassembler le 14 novembre 1993 Vladislav Tretiak, célèbre gardien de but de hockey sur glace pour l’équipe d’Union soviétique lors de la Série du siècle en 1972 et des danseurs professionnels russes, agrémentant du même coup la programmation de la journée.

Le concours de circonstances a rendu possible, car en février 1993, la compagnie Bombardier Inc. annonçait l’arrivée de Vladislav Tretiak, comme porte-parole officiel des motoneiges Ski-Doo® en Russie. Ce dernier était de passage à Valcourt au même moment. Les danseurs russes, en tournée au Canada, étaient également disponibles pour se joindre à l’évènement du Musée. De midi à 16 h, ces derniers effectuaient des prestations accompagnées de leur compatriote Peter Chodorovsky au bayan, un accordéon russe. De son côté, Vladislav Tretiak a rencontré ses admirateurs et signé des autographes de 14 h à 16 h.

Pour ajouter à tout ça, les quelque 500 personnes qui se sont rendues au Musée lors de cette journée ont été accueillies avec du pain et du sel, comme le veut la tradition russe!

Fallait y penser : le génie créatif


Du 27 juin au 2 novembre 1997

Au début, il y a un besoin, et puis vient une solution. C’est ceux qui désirent trouver ladite solution qui font avancer le monde. Ce sont ces inventeurs qui construisent les sociétés. Joseph-Armand Bombardier était l’une de ces personnes.

À l’époque, c’était pour répondre au besoin des Valcourtois de se transporter sur la neige que Joseph-Armand Bombardier a trouvé la solution : l’autoneige. En 1935, il invente le système de traction barbotin-chenille, sa première grande invention pour laquelle il obtient son premier brevet le 29 juin 1937. Il l’appliquera à son autoneige B7. C’est donc dans la thématique de l’invention qu’a été imaginé l’exposition Fallait y penser. Le génie créatif : 60e anniversaire du premier brevet de Joseph-Armand Bombardier.

Modules interactifs audio sur les inventeurs, exposition Fallait y penser. Le génie créatif : 60e anniversaire du premier brevet de Joseph-Armand Bombardier, 1997.

Modules interactifs audio sur les inventeurs, exposition Fallait y penser. Le génie créatif : 60e anniversaire du premier brevet de Joseph-Armand Bombardier, 1997.

Réalisée par le Musée de la civilisation de Québec et présentée au Musée J. Armand Bombardier à Valcourt, l’exposition permettait aux visiteurs de découvrir les inventions de 17 inventeurs québécois. Familles, groupes-classes ainsi qu’amateurs de machines ont été au rendez-vous en grand nombre. Accueillant 16 867 visiteurs au cours de ses trois mois de présentation, l’exposition a attiré des publics de tous âges.

Plusieurs activités étaient offertes aux curieux. C’est au moyen de panneaux informatifs, d’un jeu-questionnaire, et d’exemples d’inventions que les visiteurs ont découvert l’exposition. Des activités interactives, telles que À quoi ça sert? et Euréka!, permettaient aux visiteurs de participer aux interactions, grâce à des téléphones et objets installés au mur. Trente prototypes, dont l’implant cochléaire (inventé par François Duval et développé par Cosem Neurostim) ou la couche écologique (Lise Guay), y étaient présentés.

L’exposition a permis aux visiteurs de constater l’étendue du génie présent dans la province, en commençant par l’un des inventeurs les plus connus du Québec, puis en donnant scène à la relève.

Les collections du Musée


Du 1er mars au 17 septembre 2000 et du 12 janvier au 2 mars 2001

Les coulisses d’un musée attirent toujours le regard des curieux. Cette exposition temporaire présente une variété de documents d’archives, objets et véhicules issus de la collection du Musée J. Armand Bombardier. Elle est l’une des seules qui ont eu un rappel dans l’histoire du Musée.

Modèles réduits d’une voiture de métro R110-B, d’une voiture du train de banlieue de Chicago et du Tramway de Portland, exposition temporaire « Les collections du Musée… Tout un monde à découvrir! », 2000.

Modèles réduits d’une voiture de métro R110-B, d’une voiture du train de banlieue de Chicago et du Tramway de Portland, exposition temporaire « Les collections du Musée… Tout un monde à découvrir! », 2000.

Unique par son angle d’approche, cette exposition est séparée en zones selon des thématiques relatives à la muséologie : la recherche, l’acquisition, la conservation, l’interprétation et les collections. Des sections Regardez de plus près permettent aux visiteurs d’en connaitre davantage sur un élément des collections d’un point de vue technique. Il y a aussi des vitrines d’exposition qui mettent en valeur la variété de documents et petits objets de la collection du Musée; de la brochure de vente, aux vêtements et accessoires en passant par les objets promotionnels.

Les 2 représentations de l’exposition sont similaires, à l’exception de certains des véhicules et maquettes exposées. Un artéfact vedette de la première représentation de l’exposition est le véhicule électrique NEV. Fabriqué par Bombardier Inc. entre 1997 et 1999, le NEV (Neighborhood Electric Vehicle) est conçu pour les déplacements quotidiens à l’intérieur d’un quartier. L’exemplaire exposé est très spécial puisqu’il s’agit du prototype numéro 01 qui a servi à présenter le produit lors de foires et de salons.
Cette exposition fait partie des rares fois où sont présentés certains des produits militaires conçus dans les années 1980 par Bombardier Inc. La deuxième représentation de Les collections du Musée… Tout un monde à découvrir! met en vedette un véhicule tout-terrain Iltis et une motocyclette militaire britannique, tous deux d’une belle couleur kaki.

Aujourd’hui, il est possible de voir des pièces des collections du Musée qui sortent de l’ordinaire à longueur d’année. Et ce, entre autres grâce à la visite guidée de la réserve Innover pour conquérir ainsi qu’à notre vitrine archives qui mettent en valeur nos collections!

Le Québec technologique


Du 21 juin 2002 au 2 février 2003

Présentée à Québec et à Montréal en 2001, LE QUÉBEC TECHNOLOGIQUE Tout simplement génial! a été mise sur pied par le ministère de la Recherche de la Science et de la Technologie du Québec (MFER), en collaboration avec de nombreux ministères et entreprises et mettait en valeur 80 produits représentant des innovations technologiques. 

Panneau titre, signature de l’exposition «LE QUÉBEC TECHNOLOGIQUE Tout simplement génial! CONCEPT 2» accompagné des logos des partenaires Bombardier Inc., IBM, Faculté de génie de l'Université de Sherbrooke, Musée de la nature et des sciences, ainsi que les collaborateurs Ministère de la Culture et des Communications, Ministère de l'Éducation, Conseil du loisir scientifique de l'Estrie. Boite à science - Conseil, du loisir scientifique de Québec, Emploi-Québec, 2002.

Panneau titre, signature de l’exposition « LE QUÉBEC TECHNOLOGIQUE Tout simplement génial! CONCEPT 2 » accompagné des logos des partenaires Bombardier Inc., 2002.

Devant le succès remporté par cette exposition, l’équipe du Musée avec l’appui du MFER, a présenté à Valcourt une version modifiée valorisant des technologies développées dans les Cantons- de- l’Est : LE QUÉBEC TECHNOLOGIQUE Tout simplement GÉNIAL! CONCEPT 2. Plus de 30 produits québécois innovants étaient exposés, on y trouvait aussi de l’information sur les fondements scientifiques les plus importants au point de vue éducatif; les jeunes du secondaire étaient aussi renseignés sur les possibilités de carrières scientifiques et technologiques. Une zone dédiée à Bombardier présentait entre autres la technologie du CL-415, avion spécialiste de la lutte contre les incendies et le système D-Sea-Bel® qui fait appel à une technologie avancée réduisant le niveau de bruit des motomarines Sea∙Doo®. Pour sa part l’Université de Sherbrooke présentait Roball, le robot-boule intelligent. Le système de traction barbotin-chenille de Joseph-Armand Bombardier était aussi mis en valeur, pour ne nommer que ceux-ci. Les modules ayant suscités le plus d’intérêts sont les interactifs, citons le logiciel Faces servant à dresser le portrait-robot des criminels les plus recherchés. Utilisée par plusieurs corps policiers, l’idée géniale de IQ Biometrix facilite la création d’une banque de données. 

 

Les partenaires Bombardier Inc., IBM, Faculté de génie de l’Université de Sherbrooke, Musée de la nature et des sciences, ainsi que les collaborateurs Ministère de la Culture et des Communications, Ministère de l’Éducation, Conseil du loisir scientifique de l’Estrie. Boite à science – Conseil, du loisir scientifique de Québec, Emploi-Québec ont aussi contribué au succès de l’évènement. L’objectif de base était de démontrer l’innovation et la créativité des Québécois et des Québécoises dans des secteurs scientifiques et technologiques de pointe. Elle couvrait 5 thèmes majeurs : les télécommunications, le multimédia, la biotechnologie, le transport et l’énergie. 

La passion d'inventer et d'entreprendre


Du 7 février 2007 au 23 février 2015

Dans le cadre du 100e anniversaire de Joseph-Armand Bombardier en 2007, une nouvelle exposition permanente consacrée à la vie et l’œuvre du célèbre inventeur est inaugurée : Joseph-Armand Bombardier. La passion d’inventer et d’entreprendre, 1907-1964 . Un travail de refonte complète et une approche muséographique dynamique de la salle ont mis l’accent sur les principales innovations, dont le développement du fameux système de traction barbotin-chenille. Un parcours riche en histoire, en inventions et en véhicules chenillés, témoins du design industriel de leur époque respective !

14 véhicules complètement restaurés et exposés sur des socles permettaient aux visiteurs de bien voir les différentes composantes : motorisation, suspension et design intérieur, exposition « Joseph-Armand Bombardier. La passion d'inventer et d'entreprendre, 1907-1964 », 2007.

Une expérience muséale renouvelée

Une fresque historique ornée d’une centaine de photographies, ainsi que des archives audiovisuelles, objets et documents uniques ont fait revivre aux visiteurs les moments phares de la vie de Joseph-Armand Bombardier et de son implication dans la communauté. Des bandeaux temporels survolaient l’histoire économique, politique et culturelle du Québec du 20e siècle. Ce sont 14 véhicules restaurés et exposés sur des socles qui permettaient aux visiteurs de bien voir les différentes composantes : motorisation, suspension et design intérieur. Les visiteurs avaient même la chance de monter abord de l’autoneige B12 CS 1950 de la collection du Musée pour participer à un vox pop, laissant ainsi une trace de leurs souvenirs en lien avec les véhicules Bombardier. L’expérience de visite était bonifiée par l’ajout de témoignages d’anciens travailleurs et amis de l’inventeur. Ils ont contribué à la mise en valeur d’une histoire orale.

 

Une inauguration riche en festivités !

Tout le travail accompli par l’équipe du Musée a été souligné en présence de messieurs Yvon Vallières, ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, ministre responsable de la région du Centre-du-Québec et député de Richmond, Lawrence Cannon, ministre des Transports, des Infrastructures et des Collectivités du Canada, Laurian Gagné, maire de Valcourt, Laurent Beaudoin, président du conseil d’administration et chef de la direction de Bombardier Inc., ainsi que des membres et amis de la famille et de la Fondation. Une quarantaine de collectionneurs de partout au Québec étaient aussi de la fête. Pour rendre hommage à l’inventeur, ils sont tous venus avec un véhicule de collection, des autoneiges pour la plupart.

Laurent Beaudoin en/in action


Du 6 juin au 21 décembre 2008

« La réussite, je pense, c’est pas une chose qui donnerait à un terme, c’est plutôt une carrière complète. » 

Laurent Beaudoin à l’émission « La Réussite », 1978. 

 

Après 45 ans de dur labeur et de succession à son beau-père Joseph-Armand Bombardier, Laurent Beaudoin, P.D.G. de l’entreprise Bombardier Inc., prend sa retraite des opérations. Pour l’occasion, la Fondation J. Armand Bombardier organise une exposition temporaire au Musée Laurent Beaudoin en/in ActionCette dernière met à l’honneur et retrace la carrière de l’homme d’affaires 

Inauguration de l'exposition « Laurent Beaudoin en/in action. Bien sûr, on reconnaît Laurent Beaudoin », 2008.

L’exposition, par le biais d’une multitude de photos et d’objets, illustre les réalisations de Laurent Beaudoin dans l’entreprise Bombardier Inc. et se décline en 8 zones bien précises. Un parcours bien rempli – comme celui de M. Beaudoin d’ailleurs. Dans un premier temps, la section intitulée L’homme présente son bureau, ses objets personnels et ses souvenirs en guise d’illustration de l’homme au-delà du président. Pour l’occasion, les visiteurs pouvaient, grâce à un ordinateur, envoyer un message personnalisé à M. Beaudoin. Ensuite, la zone L’homme et l’entreprise retraçait la carrière de M. Beaudoin. À partir de la troisième section, les zones se transforment en aires thématiques qui dessinaient chacune une facette de l’homme et une facette de l’entreprise pour alors les unir. Successivement, les zones sont intitulées L’esprit sportifUne vision sans frontièresLa volonté de développer et Un engagement responsable. L’avant-dernière section, Laurent Beaudoin et Valcourt, permettait aux visiteurs d’observer le lien fort tissé entre l’homme et la communauté. Le parcours se terminait par une Conclusion élogieuse de M. Beaudoin. Cette exposition marquait aussi le passage du flambeau à son fils, Pierre Beaudoin.  

Bref, en bout de ligne, on peut affirmer que Laurent Beaudoin a le « sang jaune » comme on dit. Impossible de nier qu’il s’est grandement impliqué et que son sentiment d’appartenance envers l’entreprise est fort. Sans lui, que serait devenue l’entreprise familiale? Se serait-elle élevée au rang mondial? Qui sait! 

50 ans de Ski-Doo®


Du 21 février 2009 au 14 février 2010

Un demi-siècle à la conquête de l’hiver !  

En 1959, Joseph-Armand Bombardier dévoile le petit véhicule de ses rêves pour se déplacer sur la neige : la motoneige Ski-Doo®. Passant de véhicule utilitaire à véhicule récréatif, elle s’est considérablement développée. En 2009, pour souligner son 50e anniversaire, le Musée J. Armand Bombardier, en collaboration avec BRP, présente cette exposition temporaire divisée en cinq zones. 

 

Inauguration de l’exposition « 50 ans de Ski-Doo® », on reconnaît Yvon Vallières, député de Richmond, José Boisjoli, Laurent Beaudoin et Janine Bombardier, 2009.

50 ans en comparaison  

Dans cette zone, les visiteurs pouvaient mesurer les avancées technologiques réalisées en comparant deux véhicules : la motoneige Ski-Doo® K60, 1960 et la motoneige Summit® 2009, édition 50e anniversaire. L’évolution de plusieurs pièces et composantes dont les skis, les moteurs, les chenilles, les suspensions montraient comment la performance, l’ergonomie et le confort des motoneiges se sont améliorés. 

 50 ans d’industrialisation  

 Ici, les visiteurs étaient témoin de l’évolution et de la modernisation sans cesse grandissante qui ont propulsé Bombardier Inc. et depuis 2003, BRP, au titre de chef de file mondial dans la fabrication de motoneiges. 

 50 ans de performance 

Depuis 1959, les motoneiges se sont perfectionnées, franchissant parfois de grands pas grâce aux innovations techniques. Dans cette zone, les avancées technologiques qui ont permis aux motoneiges Ski-Doo® de s’illustrer tant sur les circuits de course, que sur les sentiers de randonnée et hors-piste étaient mis de l’avant. 

50 ans de recherche et de design  

Dans cette zone, les visiteurs découvraient comment BRP s’est attaqué aux défis concernant la sécurité et le respect de l’environnement. Cette tradition de l’innovation se reflète dans l’évolution des véhicules, mais aussi dans l’équipement vestimentaire et les accessoires.  

50 ans de marketing  

Cette zone soulignait l’évolution de la commercialisation. Lors de la production de la motoneige Ski-Doo® en 1959, un soin particulier est apporté à la mise en marché et au service après-vente : les ventes croissent. La pratique de la motoneige s’est rapidement diversifiée avec plusieurs segments de marché : randonnée, montagne, courses de snocross ou d’ascension, sport-utilitaire, etc. Grâce à son réseau de concessionnaires croissant, BRP voit ses ventes progresser sur les marchés mondiaux. 

L’ingéniosité signée J. Armand Bombardier…


Du 26 mars 2010 au 30 janvier 2011

L’ingéniosité signée J. Armand Bombardier…
Le système barbotin-chenille

Le système de traction barbotin-chenille, inventé par Joseph-Armand Bombardier en 1935, révolutionne le monde du transport. Pour souligner le 75e anniversaire de cette importante invention, le Musée J. Armand Bombardier a présenté cette exposition divisée en 3 zones. Celle-ci permettait d’observer l’avènement, la naissance et l’évolution de cet ingénieux mécanisme qui a marqué à jamais le développement du transport sur neige et en terrains difficiles. Ce sont 5 véhicules du Musée qui étaient alors présentés.

 

Mise en espace du véhicule 1935, exposition L’ingéniosité signée J. Armand Bombardier…Le système barbotin-chenille, 2011.

Mise en espace du véhicule 1935, exposition « L’ingéniosité signée J. Armand Bombardier… Le système barbotin-chenille », 2011.

L’avènement de l’invention

Plusieurs personnes ont mis au point des véhicules équipés de systèmes de chenilles rigides ou souples afin de circuler sur la neige ou en terrains difficiles. Par contre, seulement quelques-uns de ces véhicules ont été commercialisés. Une première zone présentait les précurseurs des véhicules chenillés au premier quart du XXe siècle, dont le véhicule 1922 de Joseph-Armand Bombardier. Un interactif permettait de bien comprendre l’avantage de la flottabilité des systèmes de chenilles.

 

La naissance de l’invention

Cette zone traitait des diverses étapes menant à l’invention du système barbotin-chenille de 1927 à 1935. Les visiteurs suivaient le parcours de Joseph-Armand Bombardier dans la mise au point de ses prototypes développés dans le but de créer un véhicule pouvant circuler avec efficacité et fiabilité sur la neige. Un interactif éducatif permettait de bien cerner les défis de taille auxquels Joseph-Armand Bombardier a dû faire face.

Le développement de l’invention

La dernière zone présentait les développements et les applications des véhicules chenillés de Joseph-Armand Bombardier conçus depuis 1937. Ce système barbotin-chenille simple et efficace dispose d’un potentiel énorme que l’inventeur exploitera en offrant une gamme de véhicules répondant aux besoins des clients. Dédiée au grand public, cette exposition proposait également aux gens un retour dans le temps en les invitant à prendre place à bord de l’emblématique autoneige B12 CS 1950, un des véhicules d’interprétation de la collection du Musée.

Expédition : l’Arctique


Du 1er février au 7 avril 2013

L’Arctique est un territoire hostile dont les mystères se dévoilent au fil des explorations. De 1913 à 1918, une brave équipe parcourt les eaux du cercle polaire lors d’une expédition financée par le gouvernement canadien. L’année 2013 marque le centenaire de cette aventure épique. Une foule d’activités ont été organisées pour souligner l’évènement, dont cette exposition temporaire retraçant le trajet des expéditeurs.

 

Vue d’ensemble de l’exposition « Expédition : l’Arctique », 2013.

Vue d’ensemble de l’exposition « Expédition : l’Arctique », 2013.

Le Musée J. Armand Bombardier a eu la chance d’accueillir cette exposition l’année du centenaire. Réalisée par le Musée canadien des civilisations en collaboration avec le Musée canadien de la nature, elle a immergé les visiteurs dans l’histoire du Canada. Le récit de cette aventure est raconté à travers une centaine d’artéfacts dont un grand nombre étaient présentés au public pour la toute première fois tels des outils de travail, des vêtements confectionnés par les Inuits ainsi que des fossiles de plantes, mammifères et d’oiseaux. Les importantes répercussions de l’expédition qui ont permis de découvrir de nouveaux territoires, de mieux comprendre la culture inuite, ainsi que d’étendre et d’affirmer la souveraineté du Canada dans l’Arctique y étaient présentées.

L’exposition était adaptée pour les enfants grâce à un jeu de rôle intégré dans le parcours. Dès l’introduction, les visiteurs pouvaient choisir une des 16 cartes Explorateurs pour prendre part à l’expédition. Ces cartes représentaient des couturières, des scientifiques, des marins et des explorateurs qui ont réellement participé à l’expédition de 1913.

La nordicité et l’exploit sont également mis en valeur par l’ajout d’un volet traitant de l’Expédition polaire Plaisted; première expédition à bord de véhicules motorisés à atteindre le pôle Nord par voie terrestre. Cette section présentait une des motoneiges Ski-Doo® Olympique ayant fait partie de l’expédition de 1967 ainsi que des documents iconographiques en lien avec l’Expédition polaire Plaisted. Le véhicule exposé fait toujours partie des collections du Musée ! Il est d’ailleurs possible d’y jeter un coup d’œil lors de la visite de la réserve du Musée Innover pour conquérir!

Abonnez-vous à notre infolettre