menu

50 ans d'histoire

Cette année le Musée fête ses 50 ans!

Pour souligner l’événement, l’équipe du service Collections a plongé au cœur des archives et a choisi de mettre en lumière douze expositions qui ont marqué l’institution au fils des années.

Depuis l’ouverture du Musée en 1971, plus de 80 d’expositions ont été présentées dans les espaces publics et salles d’exposition temporaire et permanente. Le choix n’a donc pas été facile. La sélection s’est fait par les rédacteurs tantôt en fonction de leurs propres intérêts pour la thématique ou tantôt en fonction du fait qu’il ou elle a travaillé à la conception ou au montage de l’exposition en question.

Chaque mois, vous trouverez dans cette section un texte composé par l’un de nos experts qui vous permettra de revisiter nos anciennes expositions ! Parce que 50 ans d’histoire, ça se raconte. Bonne découverte!

50 ans d'histoire au Musée

J. Armand Bombardier, un inventeur


Du 11 septembre 1971 au 15 juillet 1988

En 1968, la compagnie Bombardier Inc. cesse d’utiliser le petit bâtiment près de leur première usine située sur la rue Saint-Joseph à Valcourt. L’édifice en question est le Garage Bombardier.

Musée J. Armand Bombardier de Valcourt, vers 1971.

Robert Bourassa, premier ministre du Québec, à bord d’une autoneige B12 lors de l’inauguration du Musée J. Armand Bombardier, 11 septembre 1971.

La même année, la Fondation J. Armand Bombardier fait l’acquisition du bâtiment et le déménage sur un terrain vaste en plein cœur de Valcourt avec un objectif en tête : construire un Musée qui rendra hommage à l’un des plus grands entrepreneurs canadiens-français.

Le Musée prend forme notamment grâce à la grande implication de la famille de l’inventeur. En effet, ses frères, Alphonse-Raymond, Léopold (défunt au moment de l’ouverture) et Gérard, sont mandatés dès 1968 pour soumettre un projet relié à la création du Musée. Alphonse-Raymond s’implique auprès du développement de l’exposition, du scénario de la visite, du recueil de témoignages et bien plus. Il va jusqu’à redessiner de vieux croquis perdu de Joseph-Armand pour l’exposition. Il sera d’ailleurs le premier directeur du Musée jusqu’en 1983. Quant à Léopold et Gérard, ils s’investissent davantage dans le choix et la restauration des véhicules qui composeront l’exposition.

Une nouvelle construction vient s’ajouter au petit garage blanc et rouge et le Musée J. Armand Bombardier est finalement inauguré le 11 septembre 1971 sous la présidence d’honneur du premier ministre du Québec, M. Robert Bourassa. Plusieurs autres députés provinciaux et fédéraux viennent rendre honneur à Joseph-Armand Bombardier lors de cette journée.

Tant attendue, l’exposition permanente du Musée présente l’histoire de Joseph-Armand Bombardier de façon à ce que les visiteurs suivent un parcours chronologique où l’on peut voir les véhicules de l’inventeur, de son premier prototype en 1922, en passant par les autoneiges et le tracteur Muskeg, avant de terminer avec la fameuse motoneige Ski-Doo® commercialisé en 1959.

Le décor de l’exposition s’inspire de paysages hivernaux. Chaque véhicule est accompagné d’une ou de quelques montagnes enneigées en forme de pics blancs, dans lesquelles s’ajoutent des images, des miroirs et les dates de commercialisation de ces véhicules.

Mais la partie vraiment unique du Musée demeure le petit bâtiment sans prétention où tout a commencé … le garage original de Joseph- Armand Bombardier où il a modifié à jamais le transport sur la neige pour vaincre l’hiver.

L’Exposition internationale sur la motoneige


Du 24 mars 1990 au 23 février 2015

C’est dans la volonté de mettre au goût du jour l’exposition sur la vie et l’œuvre de Joseph-Armand Bombardier que le musée éponyme de l’inventeur se réinvente. Les rénovations du Musée J. Armand Bombardier débutent en 1988. La superficie du bâtiment est doublée afin d’accueillir entre autres une deuxième salle d’exposition permanente, qui sera comblée par l’Exposition internationale sur la motoneige, dédiée à retracer l’histoire de cette petite machine hivernale.

Motoneige Ski-Doo® K60 1960 et motoneige Sno-Traveler de Polaris 1962, exposition permanente Exposition Internationale sur la motoneige, 1990.

Motoneige Ski-Doo® K60 1960 et motoneige Sno-Traveler de Polaris 1962, exposition permanente Exposition internationale sur la motoneige, 1990.

Motoneige Ski-Doo® Twin Track 1985, exposition permanente Exposition Internationale sur la motoneige, 1990.

Motoneige Ski-Doo® Twin Track 1985, exposition permanente Exposition internationale sur la motoneige, 1990.

L’inauguration du 23 mars 1990 a des airs de déjà-vu, puisque c’est le premier ministre Robert Bourassa qui prend part pour une deuxième fois à la cérémonie d’ouverture, tout comme ce fut le cas pour l’ouverture du Musée en 1971. Cette fois-ci, les négociations de l’Accord du lac Meech se déroulent en trame de fond. Le premier ministre se voit obligé de faire un point de presse pour répondre aux questions des journalistes de Toronto et de Montréal venus à Valcourt pour obtenir une déclaration sur l’Accord. L’équipe du Musée, qui n’a jamais pensé décrocher une telle couverture de presse pour son évènement, obtient une mention dans de multiples articles à propos de l’Accord du lac Meech résultant de ce point de presse.

L’Exposition internationale sur la motoneige est une exposition thématique conçue en six zones, chacune représentant une facette de l’industrie de ce sport d’hiver. Le thème « La belle petite machine » raconte l’avènement de la motoneige ; « la machine à sous » démontre les dessous de l’industrie ; « la machine à coudre » expose la mode vestimentaire ; « la machine à jouer dehors » explore le volet plein air ; « la machine utile » évoque les aspects utilitaires et « la machine à champion » impressionne avec des exploits, des courses et des records. Les couleurs saturées, les surfaces métallisées et les formes géométriques créent un décor ludique pour présenter le monde de la motoneige.

Bien que le design d’une exposition ait besoin d’être renouvelé, l’histoire de Joseph-Armand Bombardier est pour sa part indémodable. Comme Robert Bourassa l’a si bien formulé pendant la cérémonie d’ouverture du Musée : « Joseph-Armand Bombardier est un des pionniers qui a préparé la voie vers l’essor économique du Québec et, à ce titre, sa mémoire et son exemple d’entrepreneurship méritent d’être perpétués. »

Les animaux des pays de l’hiver


Du 21 septembre au 15 novembre 1992

Au début des années 1990, le Musée J. Armand Bombardier connaît une augmentation croissante du nombre de ses visiteurs. Cet engouement s’explique en partie par le renouvellement du Musée en 1990, incluant l’ajout de l’exposition permanente Exposition internationale sur la motoneige, mais aussi par la diffusion de la minisérie Bombardier en février 1992. C’est dans ce contexte que l’exposition temporaire Les animaux des pays de l’hiver voit le jour.

Présentation animée par Laurent Cloutier du ministère du Loisir, de la Chasse et de la Pêche, Quinzaines des sciences, 1992.

Présentation animée par Laurent Cloutier du ministère du Loisir, de la Chasse et de la Pêche, Quinzaines des sciences, 1992.

Réalisée en collaboration avec le Musée faunique Jean-Louis L’Écuyer, le ministère du Loisir, de la Chasse et de la Pêche et le Centre universitaire canadien de recherches internationales, l’exposition met en vedette des animaux d’hiver naturalisés. Ces bêtes sont présentées dans différents décors de papier mâché fabriqués par l’équipe. Une banquise, une forêt et un igloo, accueillent différents animaux tels l’oie blanche, le lagopède des saules, le renard arctique, le canard Eider et l’ours polaire.

Le volet éducatif de l’exposition est renforcé avec la tenue d’une conférence le 25 octobre, dans le cadre de la Quinzaine des sciences. Cette présentation est animée par Laurent Cloutier du ministère du Loisir, de la Chasse et de la Pêche. Le phénomène d’adaptation des animaux à l’hiver y est expliqué avec une impressionnante collection de peaux d’animaux nordiques. L’activité, qui a lieu dans le garage original de Joseph-Armand Bombardier, fait salle comble et attire un public de tous les âges!

L’augmentation de l’achalandage continue tout au long de l’année 1992 et permet ainsi au Musée d’accueillir son 300 000e visiteur le 2 octobre. Accueillie favorablement par les visiteurs, Les animaux au pays de l’hiver sert de tremplin à la réalisation d’exposition temporaire. Un nouveau chapitre se dessine alors pour l’équipe du Musée!

Abonnez-vous à notre infolettre